samedi 12 octobre 2013

Apprendre le libanais partout dans le monde avec le site web Abjadiye (article paru dans www.agendaculturel.com)

4
301

 


Pour les nombreux Libanais partis tenter leur chance à l'étranger - 15 millions contre 4 millions résidant au Liban -, se sentir connecté à ses racines n'est pas forcément chose aisée. L'apprentissage de sa langue maternelle à ses enfants pourrait être une solution pour redécouvrir sa culture et se réapproprier une identité. Le site internet Abjadiye (alphabet en libanais) se dédie à ces expatriés en manque de l'idiome local.

Le créateur de cette plate-forme en ligne d'apprentissage du langage du pays du Cèdre, Antoine Rizk, a été confronté au manque de possibilités en France pour apprendre le parler libanais à ses enfants. Loin de se désespérer, il s'est attelé à la tâche et a lancé Abjadiye après plusieurs années d'études menées par une équipe d'experts de haut niveau : doctorat en informatique, ergonomie, psychologie cognitive, linguistique et conception graphique. ’’Il a fallu créer les règles de translitération, la grammaire du libanais parlé, la pédagogie, le contenu des leçons, le graphisme et l'ergonomie du site, et bien évidemment le site informatique à proprement parler’’, raconte Antoine Rizk. ’’Développer la grammaire n'était pas chose aisée car il ne fallait pas tomber dans le piège de transposer la grammaire arabe inadaptée, et faire attention à créer une grammaire pédagogique, pas rebutante et adaptée au langage parlé’’. Pour s'assurer de l’aspect pratique des leçons, il a également soumis le concept à un panel d'enfants et d'adultes.

Le choix du site web s'est imposé tout seul car ’’le support électronique a le mérite d'être accessible de partout, et fournit un support interactif indispensable pour la conversation qui est au cœur du libanais parlé’’, explique le fondateur. ’’Cette solution permet l'accès à un contenu riche en images depuis les ordinateurs à grand écran aussi bien que des tablettes, à la différence d'une application mobile’’. Abjadiye.com contient 99 leçons réparties en 3 niveaux de 33 leçons chacun, construites pour des sessions de 15 à 20 minutes pour permettre aux utilisateurs d'aller à leur rythme. Tous les mots de vocabulaire (de 1000 à 2000 mots et expressions courants) sont accompagnés de leurs équivalents audio ainsi que d’images pour aider l'apprenant à s'en souvenir, ainsi que de courts exercices interactifs. Concernant l'alphabet, ’’nous avons favorisé l'apprentissage par la typographie, en lettres latines et en chiffres, habituelle au Liban, plus efficace que le ’Fusha’ pour quelqu'un souhaitant communiquer aisément et naturellement avec les Libanais du monde entier’’, explique Antoine Rizk. ’’Loin de penser que Abjadiye.com est une méthode alternative pour saper l'arabe, nous pensons et espérons qu'Abjadiye fournira la première étape vers l'arabe et accroîtra l'adoption de cette langue en simplifiant la démarche pour y parvenir’’. Dans un autre registre, l'association Francophonia Liban a décidé de faire suivre ces leçons aux volontaires français qui sont partis cet été à Sebeel (Nord Liban) pour enseigner la langue française, établissant ainsi un lien concret entre le Liban et l'étranger.

La méthode d'Abjadiye est disponible en français, anglais et portugais-brésilien (bientôt en espagnol), et garanti sans publicité. L'abonnement coûte 10 dollars pour 3 mois, ou bien 25 dollars pour un an, et donne accès à l'intégralité des 99 leçons et au lexique complet. ’’Mais les cinq premières leçons sont gratuites sur simple inscription, ce qui permet d'avoir un aperçu du contenu’’, ajoute Antoine Rizk. ’’Nous travaillons aussi à faire adopter cette méthode dans l'enseignement. Nous offrons donc l'abonnement aux professeurs de libanais sur simple demande afin de les initier’’.

La méthode s'adresse à un public varié : des descendants de Libanais vivant en dehors du pays du Cèdre, aux personnes intéressées par la culture libanaise et aux hommes et femmes d'affaires souhaitant communiquer au Moyen-Orient. ’’J'ai été très vite pris de passion pour ce projet’’, détaille le créateur du site. ’’La langue libanaise est l'un des plus grands symboles d'unité de notre pays, au-delà des confessions religieuses et des idées politiques’’. Il se sent proche de la déclaration de Bahjat Rizk, attaché culturel libanais auprès de l'Unesco : ’’Il s'agit d'un acte de liberté et d'engagement’’.

Site web: www.abjadiye.com


Antoine Rizk est un professionnel de l'informatique. Il a quitté son Liban natal il y a 35 ans pour effectuer 8 ans d'études en Grande-Bretagne, où il a choisi de faire sa thèse de doctorat sur les grammaires des langages de programmation. Depuis, il a fait sa carrière en France : d'abord chercheur, puis directeur de trois start-up successives, il a été 14 ans professeur associé à l'Université d'Evry où il a créé et géré un DESS Informatique. Il est aujourd'hui vice-président du marketing chez un grand éditeur de logiciels.


mercredi 5 juin 2013

Abjadiye Já disponível em português!

Já disponível em português!

Também disponível em inglês e francês

Quem quiser aprender o árabe falado, o árabe do dia a dia, uma vez que o árabe clássico é usado apenas na escrita e em situações formais, pode agora aprendê-lo online, em sua variante libanesa, através do site Abjadiye (pronuncia-se “Abjadí-í-ê”). Dessa forma, você poderá comunicar-se oralmente com todo mundo árabe, sem soar pedante ou deslocado.

lundi 27 mai 2013

La langue libanaise est-elle facile à apprendre?



Oh, non ! Apprendre le libanais est très difficile, je n'y arriverai pas. Combien de fois a-t-on entendu ces paroles de la part des enfants ou des amis de la diaspora libanaise? La langue libanaise est trop souvent couverte de mysticisme, mais en réalité elle est plus facile que la plupart des langues étrangères enseignées dans les écoles aujourd'hui. 
Je vais tenter ici de vous faire part de cette conviction à travers la méthode Abjadiye, en abordant les grandes structures de la langue libanaise et en vous indiquant les difficultés là où elles sont réellement présentes.

L'écriture arabe
La plupart des méthodes d’enseignement commencent naturellement par le système lexical. Dans le cas du libanais, et plus largement de l’arabe, il faudra compter un à deux ans de travail afin de se familiariser avec le script arabe qui ne s’arrête pas simplement à l’apprentissage d’un alphabet différent.  Il faut se familiariser avec l’écriture de droite à gauche, avec un système où la plupart des voyelles dans un mot peuvent être absentes, et où la plupart des lettres s’écrivent différemment en fonction de leur position dans le mot et selon les lettres qui les précèdent où qui les succèdent.  

Au bout d’une année d’apprentissage du script arabe, le résultat est frustrant. On s’apercevra très vite que ce système ne sert pas à communiquer en libanais qui est une langue parlée, mais seulement en arabe, la langue écrite.  Il ne servira pas non plus à communiquer sur facebook, Twitter, SMS  et autres moyens modernes car les claviers des pays de la diaspora ne sont pas adéquats.  
L’approche d’Abjadiye consiste à utiliser un système de translitération latine basé sur le fait que vous n'aurez besoin d'aucun clavier particulier pour écrire le libanais. Les caractères spéciaux et accentués ne sont pas nécessaires, ce qui rend la communication avec les libanais à travers le monde plus aisée et plus naturelle.

Ce système est le résultat d’une analyse fine de la manière de communiquer des libanais sur Internet, et qui résume les conventions les plus fréquemment utilisées. Vous pouvez le consulter sur la page Facebook suivante:


La conjugaison des verbes

L’infinitif d’un verbe en arabe est le passé de ce verbe à la 3ème personne du singulier masculin. Ainsi le verbe manger se dit « akala » en arabe ou « akal » en libanais. Le problème de ce système est qu’il est extrêmement difficile à un élève de passer de l’infinitif à la première personne du présent qui se dit « bekol » = je mange.

Abjadiye adopte un système plus approprié pour la langue libanaise qui ressemble à la façon anglaise de spécifier l’infinitif d’un verbe. Le verbe manger serait « ekol » tout simplement. De cela découle automatiquement la conjugaison du verbe dans tous les temps, sauf bien entendu au passé, comme le montre le tableau suivant pour la première personne du singulier : 
 

Français Libanais Présent Présent  continu
Manger Ekol Bekol 3am ekol
Boire Echrab Bechrab 3am echrab
 
Futur Imparfait Passé continu 
Ra7 ekol Kent ekol Kent 3am ekol
Ra7 echrab Kent echrab Kent 3am echrab

 
La forme au passé du verbe reste à apprendre de manière spécifique pour chaque verbe.  Elle s’apprendra pour la troisième personne du singulier masculin, le reste suivra de manière régulière. Ainsi, si on sait que « akal » est le passé de « ekol », la conjugaison suivra facilement :

Akalet (j’ai mangé), akalet (tu as mangé), akal (il a mangé), akalna (nous avons mangé), akaltou vous avez mangé), akalou (ils ont mangé).

Le participe actif

Le participe actif d’un verbe décrit l’état de son sujet. Il est utilisé dans certaines langues et bien sûr dans la langue l’arabe mais de manière différente du libanais. En libanais le participe actif indique le participe présent dans la majorité des cas, mais peut parfois indiquer le participe passé (et passif) comme dans le passé composé.
On fait la différence en fonction du contexte et de la nature du verbe.

Ana brou7 3a New york  :   Je vais à New York
Ana raye7 3a New York  :  Allant à  New York (maintenant ou plus tard, voire même dans le passé)

 
Ana bekol  :  Je mange
Ana ekel  :  J'ai mangé (et je suis encore dans l'état d'avoir mangé, c'est-à-dire je n'ai pas faim)
Ana akalet  :  J'ai mangé (que j'ai encore faim ou non)

Les libanais utilisent beaucoup le participe actif. La bonne nouvelle est que la déclinaison est simple, et la plupart des conversations avec le participe n'utilisent qu'une poignée de verbes qu’il conviendra d’apprendre.

Le pluriel des noms masculins
Comme en français et contrairement à l’anglais, les objets en libanais ont un genre. La bonne nouvelle est qu’on peut aisément reconnaître les mots féminins car ils se terminent le plus souvent par e ou par a, tandis que les noms masculins se terminent par une consonne. Ainsi Tawle (table), et Seyara (voiture) sont féminins,  tandis que Sekkin (couteau) et bayt (maison) sont masculins.

La seule réelle difficulté est que la dérivation du pluriel des noms masculins ne suit aucune règle évidente. Il convient d’apprendre la forme plurielle des noms masculins par le biais d’un lexique qu’Abjadiye fournit.

dimanche 19 mai 2013

Using Abjadiye on iPad, Android tablets, and mobile devices


Many of you have been asking for Abjadiye on iPad or Android devices. You can use Abjadiye on these devices by simply installing free Puffin Browser instead of using Safari or IE. Puffin is a browser that has full Flash support, and full Flash video support in full screen mode.
It is as simple as that !

http://www.puffinbrowser.com/index.php

 Enjoy it!


jeudi 7 mars 2013

Message de Francophonia Liban "Le français en partage"

Francophonia recommande vivement abjadiye.com !

Dans la série "nos membres sont formidables" (et c'est une longue série), nous parlerons ce soir d'Antoine Rizk.

Passionné de linguistique et d'informatique (son domaine professionnel), Antoine Rizk a décidé d'offrir à ses enfants, franco-libanais et aux autres l'outil qui leur permettrait d'apprendre le libanais... sans larmes !

Il existait déjà les Cours d'Abou Youssef - et je salue Benoît Berger : ) - qui permet (je peux en témoigner) de tenir une conversation d'un quart d'heure après quelques leçons et avec l'accent de Zahlé.

Le site internet mis en place par Antoine Rizk est l'objet de plusieurs années de travail d'équipe, d'une observation fine des pratiques de transcription et elle part d'un constat qui relève de l'évidence : un jeune Libanais de la diaspora qui veut pouvoir parler pendant les vacances au pays, un Français qui ne veut pas s'en tenir au français (ou à l'anglais) mais partager la saveur des mots et tout simplement suivre une conversation non seulement au Liban mais dans toute la région, n'a pas forcément 3 années pleines devant lui pour étudier l'arabe littéraire.

Et ce premier pas, très gratifiant, que les 99 leçons du site abjadiye.com auront rendu possible amèneront certains à poursuivre et à se laisser sensibiliser aux subtilités et aux beautés de l'arabe littéraire.

Bravo et merci à Antoine !

Nous vous recommandons l'article paru dans L'Orient-Le Jour
 

jeudi 14 février 2013

Bahjat Rizk sur Abjadiye


"L'être humain étant un être de langage et de communication, la langue lui permet l'accès au groupe auquel il va s'identifier et appartenir. La langue véhicule des valeurs , puisqu'elle permet la transmission et le rattachement au patrimoine culturel d'une entité."

Le travail minutieux et rigoureux de recherche de Monsieur Antoine Rizk contribue grandement à rattacher, à travers la langue les Libanais de l'étranger à leurs racines, à transmettre leur patrimoine culturel, à l'intérioriser et à continuer à s'ouvrir sur le monde extérieur.

Il permet également aux non libanais de mieux connaître le Liban et d'accéder, facilement et harmonieusement à sa vaste culture, à l'adopter et à l'aimer. C'est un acte de liberté et d'engagement.

Bahjat Rizk
Attaché culturel de la délégation du Liban auprès de l'UNESCO
Auteur de "Les paramètres d'Hérodote"

jeudi 24 janvier 2013

La langue libanaise à portée de clics


Je vous renvoie à un bel article complet sur Abjadiye, paru ce jour dans l'Orient-le-jour, sous la belle plume de Maya GHANDOUR HERT.

Cliquer ici pour voir l'article.


The most read French language Lebanese newspaper L'Orient-le-jour dedicates an entire article to Abjadiye. See the complete article by Maya GHANDOUR HERT.

Click here for full article.

mardi 8 janvier 2013

Taking Arabic from the screen to the street

See the great article in the Daily Star by Niamh Fleming-Farrell



Read more ..

Abjadiye.com : Une excellente méthode pour apprendre le libanais


 

Pourquoi Abjadiye.com ?

Abjadiye.com est né du constat simple que pour un étranger, ou un Libanais de la diaspora, le libanais parlé a tous les aspects d’une langue à part, distincte de la langue arabe. Par la loi des 80/20, dite loi de Pareto, 20% de la langue est employé 80% du temps. Or ces 20% les plus utilisés de la langue libanaise sont par définition ceux qui se sont forgés une identité séparée à travers le temps.

             De ce constat découle une conviction très forte, à savoir que pour enseigner la langue libanaise, on ne peut appliquer l’enseignement arabe dispensé dans les écoles au Liban, aussi utile et noble soit il. L’élève au Liban dispose naturellement de la langue parlée par le biais de son entourage, ce qui n’est point le cas à l’étranger.


              Enseigner l’arabe à quelqu’un qui souhaite communiquer en libanais est voué à l’échec pour deux raisons simples. Premièrement parce que l’élève ressentira très vite une frustration à ne pouvoir ni comprendre ni parler ce qu’il apprend, et deuxièmement parce qu’il sera obligé à apprendre l’écriture arabe, alors que les libanais eux-mêmes communiquent sur Internet à l’aide de l’alphabet latin.

             Mes longues recherches pour trouver un outil moderne et adéquat pour enseigner la langue libanaise à mes propres enfants n’ont pas abouti. D’où l’idée de créer Abjadiye.com, qui se veut avant tout un outil pour mes enfants, et par extension pour ceux des millions de libanais et amis du Liban dans la même situation. Comprenez par là que le but premier de Abjadiye.com n’est pas financier, malgré les investissements considérables qu’il a nécessité.

           La langue libanaise, comme vous le rappelez souvent, est un facteur identitaire et peut s’avérer un outil efficace d’union nationale. La langue libanaise dépasse les confessions, elle fut promulguée dans le passé par des libanais de renoms tout aussi bien musulmans que chrétiens (Nagib Jamaleddine, Said Akl, Kamal Charaabi et tant d’autres).

            Enfin, il est triste de constater que la langue libanaise tend à disparaître parmi la diaspora de deuxième génération, faute de méthodes adéquates pour l'enseigner et la promouvoir. La deuxième et troisième génération ne trouvent que des écoles d'enseignement de l'arabe, alors qu'ils cherchent en réalité à apprendre la langue parlée de leurs aïeuls.


La méthode :


L’approche de Abjadiye.com se résume en les points suivants :

               1.Le libanais doit être enseigné sur la base d’une translitération latine. Plusieurs tentatives dans ce sens ont échoué dans le passé et d’autres plus récentes ont du mal à s’imposer. Ma conviction est que leur échec est dû au fait d’avoir essayé d’imposer un alphabet à un peuple, sans l’appui de l’état (comme en Turquie ou au Vietnam) et que leur alphabet n’est pas compatible avec la réalité car on ne peut l’écrire avec les claviers QWERTY dont disposent la majorité des libanais dans le monde.

                 2. Le libanais doit être enseigné sur la base des règles d’écriture que les Libanais ont décidé pour eux-mêmes, et qu’ils emploient tous les jours sur facebook, sms, twitter et autres supports électroniques. J’ai longuement étudié cette façon d’écrire, que nous pouvons qualifier de démotique, et l’ai résumé sur la page facebook suivante www.facebook.com/LebaneseWritingRules . Le site Abjadiye.com adopte ces règles d’écriture, imparfaites certes, mais néanmoins décidées et utilisées par le peuple lui-même.

                 3. Le libanais mérite d’être enseigné à l’aide d'outils interactifs modernes. Transcrire un livre de grammaire sous forme d’un site web ne suffit pas. La pédagogie de Abjadiye.com a été conçue et pensée, pour le média interactif.

                4.  Le libanais étant une langue vivante et avant tout une langue parlée, la pédagogie de Abjadiye.com est centrée sur la conversation. La conversation est l’élément central de chaque leçon. La grammaire vient seulement en appui à la compréhension.

                5.  J’ai réécrit une grammaire complète de la langue libanaise, adaptée à une pédagogie simplifiée.

                6. La grammaire est omniprésente dans Abjadiye.com, mais elle n’est pas visible. Le jargon grammatical est totalement absent, y-compris le mot « grammaire » lui-même. Un étranger qui souhaite apprendre le libanais connait déjà une langue, l’apprentissage de la structure du libanais avec Abjadiye se fait donc par transposition. Abjadiye se contente de mentionner que Bayt = Maison et que Bayti=Ma maison, sans expliquer les pronoms possessifs et encore moins parler de déclinaison.

                  7. Enfin, Abjadiye contient une centaine de leçons, des milliers d’images, des milliers de fichiers audio construits avec des ingénieurs de son, des centaines d’exercices interactifs, et un lexique de milliers de mots qu’on peut trier, réparti en 20 catégories. Abjadiye.com est surtout agréable à voir et simple à utiliser, ce qui est le moins qu’on puisse attendre d’un outil censé faciliter l’apprentissage.

                    8. Le site a été essentiellement conçu par moi-même, ayant fait mon doctorat sur les grammaires des langages de programmation et enseigné pendant 15 ans à l'Université. J'ai été assisté par une grande équipe libanaise de développeurs, concepteurs graphiques, ingénieurs de son, mais aussi d'un docteur en psychologie cognitive et ergonomie des interfaces homme-machine.

Liens utiles :

- www.abjadiye.com disponible en français et en anglais, en attendant de le traduire en portugais et en espagnol.
- www.facebook.com/LebaneseWritingRules, résume les règles de translitération les plus utilisées par les libanais

samedi 5 janvier 2013

Rationale for Lebanese Writing Rules



Here are my personal convictions and some facts on Lebanese Writing Rules.

a) I wrote the rules prior to building www.abjadiye.com. Abjadiye uses the rules entirely, it has 100 lessons, thousands of lexicon terms, thousands of conversation sentences, three levels of learning etc. Lebanese Writing Rules as such are not pure theory, they have proven their usability through Abjadiye.

b) Abjadiye and Lebanese Writing Rules have thousands of followers. They received interest from major Lebanese newspapers. They also received recognition from Unesco Lebanese delegates. (References to come)

c) My strong conviction is as follows : any academic alphabet proposal, no matter how perfect it is in reflecting the various Arabic phonems, is bound to fail unless it obtains state backup similar to Turkey and Vietnam, and implements top-down promulgation of the system at all levels of the institutions, starting with schools. I consider therefore that Said Akl's and other systems have failed.

d) Without state backup, Lebanese people have decided on a system of writing with Latin alphabet, which they use on Facebook, Twitter, SMS, mails etc. Lebanese Writing Rules is a formalisation of the most used conventions of this system. It is therefore demotic, can be considered as the people's language, and no one can change this unless he has state power, and even with the state power, I am afraid it is too late to catch up.

e) Lebanese Writing Rules are NOT academically perfect, they do not transliterate every single sound on a one to one mapping. However, this is what the people use today, and after all, one letter may have multiple pronunciations which can be learnt contextually. Think of the letter t in "Shuttle" (pronounced Tah) and in "Cattle" (pronounced t). Think of the letter u in "pure", "purple", "put", "cut" etc. Think of the letter s in "to use" (pronounced z) and in "the use" (pronounced s).

f) Lebanese Writing Rules do not require any specific keyboard. Any Lebanese around the world can use them with a simple QWERTY keyboard.

g) Finally Lebanese Writing Rules were designed for a pragmatic purpose, that of teaching easily and spreading the Lebanese language. Contrary to Said Akl and maybe others, I have not designed them as a departure from Arabic, which is a language I love above all.